La femme Cougar dans la Société

Que se passe-t-il quand on utilise une app de rencontre cougar sur un coup de tête ?

Drague sur une app de rencontre cougar

Utilisation d’une app de rencontre cougar

Si vous êtes un peu comme moi, vous vous retrouverez dans un nouveau monde bizarre de dickpics, de sextos, de demande plan cul, d’amis branchés sexe, de MILF et du changement général de ce que les ” rencontres ” étaient auparavant.

Et vous serez probablement qualifiée de cougar, même si vous n’aimez pas les hommes plus jeunes !

J’ai fini par accepter mon identité de “cougar” en tant que reconnaissance ironique de la façon dont la société classe les femmes de plus de 35 ans.

En plus d’être un voyage à travers le pays des femmes cougars, ce blog parle sans honte de la reconquête de ma sexualité à la quarantaine, après la maternité. Les rencontres plus ou moins aventureuses ou foireuses m’ont forcée à grandir et à me développer en découvrant ce que j’aime, ce que je n’aime pas et, finalement, ce que je veux dans cette deuxième partie de ma vie.

En fait, je vois maintenant le mot “cougar” comme une rébellion contre la notion patriarcale et dépassée selon laquelle les femmes (contrairement aux hommes) ont une date limite d’utilisation définie par leurs capacités de reproduction, leur apparence, leur valeur aux yeux des hommes, et leur facilité à cliquer ou leur attrait sur les médias sociaux et grand public.

J’irais même jusqu’à déclarer que pour être une cougar, vous pouvez être une femme fougueuse, franche et sexuellement puissante de tout âge – vous n’avez pas besoin d’être attirée par des hommes plus jeunes. Vous n’avez même pas besoin de sortir avec des hommes ! Vous pouvez sortir avec qui vous voulez !

Au début, le stéréotype de la cougar ne me convenait pas. J’étais une vierge un peu maladroite, intense et naïve des rencontres en ligne. Mais même si j’étais innocente à cet égard, j’étais certaine que je ne serais pas la prof d’éducation sexuelle d’un jeune homme, un jouet sexuel expérimental ou un bouche-trou. S’ils étaient assez fous pour me vouloir, ils devaient me prendre à mes conditions – et cela incluait (idéalement) un lien intellectuel fort, ainsi qu’une certaine ouverture d’esprit.

Mais dès le début, pour utiliser une expression traditionnelle, je ne savais pas distinguer mon cul de mon coude.

Imaginez ceci, c’est le moment décisif lors duquel j’ai basculé dans le monde tordu des apps de rencontre cougar

Deux collègues de travail se serrant l’un contre l’autre devant un écran de smartphone dans un minuscule restaurant chinois pendant notre pause déjeuner. L’air s’emplit des délicieux arômes de gingembre et de coriandre, enfumés par la friture rapide au wok pour la foule de clients affamés.

“Vas-y”, a-t-elle dit. “C’est amusant – et tu ne rencontreras jamais personne en restant assise à la maison. C’est une app de rencontre cougar vraiment extra !!””

L’application de rencontre en question s’appelait ReserveCougar et elle a changé ma vie. Mon amie m’a persuadée de l’installer sur mon téléphone, et à partir de là, j’ai ressenti une bouffée d’énergie instantanée lors de cette exaltante virée vers un nouvel amant, jeune ou pas.

Au début, flirter m’est apparu aussi naturel que de faire du vélo. En fait la drague c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas.

Mais en très peu de temps dans ce nouveau monde – excitant, stimulant pour l’ego mais aussi écrasant et perturbant – j’ai eu besoin d’exprimer ce que je vivais, d’essayer de lui donner un sens. Je n’avais plus les yeux grands ouverts et la jeunesse, je n’étais pas habituée à être célibataire. J’étais une ingénue des rendez-vous.

J’avais besoin de me soulager du poids des expériences étranges qui m’encombraient, et d’écouter la voix qui me disait “C’est quoi ce bordel ?”. (Et plus tard, la plus petite voix qui disait, “C’est quoi ce bordel ?!”)

Il est naturel pour moi d’écrire tout cela, mais je débriefe également avec des amies proches, en essayant de comprendre ce que je ressens et d’avoir un aperçu des motivations ou du comportement des autres.

Au fil du temps, j’ai conservé cette habitude, principalement parce que j’ai besoin d’exprimer et de donner un sens à mes expériences, mais de plus en plus, à mesure que ce blog s’est développé et a touché davantage de personnes dans la même situation, parce que j’aime partager et lire les réactions et les conseils des autres.

En ce qui concerne la communauté des femmes matures, bloguer sur les rencontres, le sexe et les relations est très amusant et la communauté est extrêmement solidaire.

L’internet est un espace imprévisible où presque tout est permis. Les normes sociales peuvent fluctuer, les critiques et les préjugés peuvent s’afficher ouvertement, mais je préfère me rappeler qu’au fond, nous sommes tous humains. La façon dont nous nous comportons en ligne est un sujet auquel j’ai beaucoup réfléchi.

> Lire aussi : une app spéciale cougar en France

Morpho-Mature en cliquant ici

Il y a des gens très impolis en ligne

Les choses que les gens disent aux autres en ligne, lorsqu’ils sont confortablement installés dans leur canapé avec leur téléphone ou assis en sécurité derrière un clavier et un écran à l’autre bout du pays (ou du monde), sont vraiment incroyables.

Je pense que les guerriers du clavier sont le fléau de notre monde moderne. Et que la déesse vous aide si vous êtes une femme sur un site de rencontres qui vous dit non, désolé, vous n’êtes pas mon type. Ou que vous n’êtes pas intéressée. Ou si vous refusez d’envoyer une photo de vos seins nus, ou pire, une photo de votre chatte. Bon sang, les gars, vous êtes sérieux ? Comment peut-on passer d’un “Bonjour” et d’une conversation polie à “Voulez-vous m’envoyer une photo de vos seins ?” ?

J’aime ce que la blogueuse Maturina a à dire sur ce sujet, en particulier ce qu’elle appelle les FUCKBOYS. Ils constituent probablement la population la plus importante sur les sites de rencontres, à égalité avec ceux qui cherchent désespérément un partenaire avant de trop vieillir. Je parle franchement, mais c’est effrayant.

Respirez profondément et préparez-vous à la grande variation de l’humanité si vous vous aventurez en ligne en tant que femme au 21e siècle. Préparez-vous à recevoir des photos de bites, des insultes, des demandes insistantes de photos de nus et, surtout, des plan sexe foireux sans compter une multitudes de lapins. D’ailleurs je me suis souvent demandée d’où venait l’expression : « poser un lapin »

Ce sont tous des sujets que j’aime explorer !

Source de l’article : Bulle
Crédit photo : pixabay

Inscrites sur app ? Clique ici pour les rencontrer

Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.